social social social
 
social social social

Pas de gagnant : Suppression du cours plancher du franc

16.01.2015 10:15:20
La décision prise aujourd'hui par la BNS affecte de façon négative le commerce à plus d'un égard. Commerce Suisse, l'organisation faîtière du commerce, cite quatre exemples concrets : 1. Le capital des entreprises commerciales est stocké, en grande partie, dans des entrepôts. Ces entrepôts sont le fondement d'une sécurité d'approvisionnement optimale en Suisse. Les entreprises devront, du jour au lendemain, entreprendre des dépréciations massives des stocks. 2. De nombreux contrats de livraison courent sur le long terme et ne peuvent pas être ajustés à brève échéance, c'est-à-dire que l'approvisionnement reste coûteux. En effet, les prix se basent sur l'acceptation d'un taux de change déterminé. 3. La grande insécurité subie par les clients des entreprises commerciales - au premier rang desquels se trouvent les acteurs de l'économie de l'exportation - débouche sur une baisse rapide des commandes. Le commerce se retrouve avec de la marchandise sur les bras, qu'il ne parvient pas à écouler, et doit en subir les conséquences négatives. 4. Dans l'économie réelle, personne ne sort gagnant de cette situation. On a ôté aux gens la possibilité d'élaborer des planifications fiables - ce qui conduit à un sentiment massif d'insécurité. La décision prise aujourd'hui met gravement en péril les emplois dans le secteur du commerce.

Contact
Kaspar Engeli, directeur, tél. 061 228 90 33
Andreas Steffes, secrétaire, tél. 061 228 90 32