social social social
 
social social social

Commerce Suisse: N├ęgocier rapidement avec l'UE la libre circulation des personnes

24.06.2016 09:03:21
La Grande-Bretagne sort de l'UE. Le Commerce Suisse exige une clarification des traités avec les quatre plus grands partenaires commerciaux de la Suisse ainsi que des négociations rapides avec l'UE concernant l'accord sur la migration massive. 




Du point de vue du Commerce Suisse, la sortie des Anglais de l'UE est une décision néfaste. Kaspar Engeli, Directeur de la Fédération du Commerce: «Naturellement, la décision est d'accepter. Toutefois, il n'y a que des perdants dont font partie en première ligne l'Angleterre elle-même. Les Britanniques se sont déjà coupés de l'UE. Ils se sont ainsi coupés du TTIP, du traité transatlantique, très important que les États-Unis et l'UE négocient actuellement. L'Angleterre continue de s'isoler. L'économie en souffrira – c'est la tragédie anglaise.» Selon Kaspar Engeli, le drame va bien au-delà.  La tragédie en Europe est que cela pourrait faire des émules. Certains pays pourraient trouver correct de sortir également de l'UE ou de soumettre à Bruxelles des exigences insoutenables. Le Commerce Suisse considère le 23 juin 2016 comme un jour noir pour l'Europe et pour la Suisse – avec un effet déstabilisant. Kaspar Engeli: «Selon nos pronostics, il est manifeste que l'économie stagnera et ralentira en Angleterre. L'industrie, les banques et les services à Londres auront désormais de grandes difficultés. Le pays devrait à présent commencer – nous en Suisse, nous connaissons ce qui est le mieux – à préparer des contrats bilatéraux avec l'UE. Ce sera difficile et très coûteux en temps.» Lors de cette phase d'incertitude, il n'y aurait pas d'investissements, ainsi en Grande-Bretagne tout serait sans urgence dans un déséquilibre. 

Un désastre également pour la Suisse
Kaspar Engeli voit clairement d'autres inconvénients pour l'économie suisse: «Tous doivent se réorganiser après ce désastre. La Suisse est également très touchée parce que l'Angleterre est le quatrième plus grand partenaire commercial de la Suisse, mais à présent les contrats bilatéraux avec l'UE vis-à-vis de l'Angleterre ne sont plus valables.» La question ouverte de l'accord concernant l'immigration massive reste toutefois centrale. Engeli: «Il a toujours été dit jusqu'au 23 juin qu'il n'y avait aucune marge d'action pour les négociations avec l'UE. Maintenant c'est trop tard et nous devons faire notre possible pour arriver encore à une solution avec l'UE dans les huit mois restants afin de pouvoir sauver cette libre circulation des personnes.»

Le commerce entre la Suisse et la Grande-Bretagne 
En 2015, la Suisse a exporté des marchandises d'une valeur de CHF 11,7 milliards vers la Grande-Bretagne. En contrepartie, une valeur marchande de CHF 6,6 milliards a été importée de l'île britannique (hors bijoux et métaux précieux). Cela fait de la Grande-Bretagne le cinquième plus grand importateur de marchandises suisses. Les investissements d'un montant de CHF 78,7 milliards en Grande-Bretagne ont fait de la Suisse pour l'année 2013 le troisième plus grand investisseur direct (bâtiment et machines).  Fin 2013, 193'700 personnes travaillaient dans des sociétés suisses sur le sol britannique. Au même moment, des entreprises britanniques investissaient CHF 21,3 milliards en Suisse et y avaient 26'800 employés. HSBC, Vodafone, BP et Unilever font partie des plus grandes sociétés britanniques. 

Contact
Kaspar Engeli, Directeur, Tél. 061 228 90 33
Andreas Steffes, Secrétaire , Tél. 061 228 90 32
 

Le Commerce Suisse est la Fédération du Commerce dont font partie 33 associations professionnelles, soit 3'700 entreprises au total. Le Commerce Suisse représente une politique libérale et celui-ci s'investit pour une Suisse forte. Avec ces 680'000 collaborateurs, le Commerce est l'employeur privé le plus important de Suisse. Plus de 38'000 places d'apprentissage sont proposées dans le commerce, aucune branche ne forme davantage d'apprentis!

Télécharger
Communiqué de presse