social social social
 
social social social

Distinction par le Commerce Suisse: Les meilleurs apprentis 2017

06.11.2017 14:54:52

Coop, Manor et Valora ont fourni cette année les meilleurs apprentis du commerce

Le secteur du commerce propose 15% de tous les emplois de la Suisse et forme 38'000 apprentis. Parmi les 1400 apprentis du commerce avec spécialisation, la branche du commerce, Commerce Suisse a distingué lors de la « journée du commerce » à Zurich les quatre meilleurs de cette année 2017. Ceux-ci apprécient les possibilités d’évolution dans la branche du commerce.

Le commerce procure en Suisse un travail diversifié et exigeant à 680'000 personnes. Cela constitue près de 15% des emplois – bien plus que dans tous les autres métiers. Toutefois, le commerce évolue sans cesse. En raison de la modification constante des conditions-cadres, flexibilité, capacité d’adaptation et savoir-faire spécialisé sont davantage demandés qu’auparavant. C’est ce qu’ont apporté les quatre meilleurs apprentis du commerce au secteur du commerce. Ils ont donc été distingués lors de la journée du commerce par Commerce Suisse dans le bâtiment de la FIFA à Zurich. Le Directeur, Kaspar Engeli, a exprimé son enthousiasme par le fait que le commerce ne manquait pas de relève bien formée. «Le commerce forme 38'000 apprentis – c’est plus que toute autre branche! Près de 1'400 apprentis passent leur apprentissage de commerce avec la spécialisation secteur du commerce. Aujourd’hui, nous pouvons à nouveau distinguer les meilleurs de cette année. Je me réjouis de vous présenter quatre nouveaux ambassadeurs pour l’avenir du commerce : Rowena Tschan de Coop Bâle, Marcia Kleiber de Valora, Cedric Riccardo Altermatt de Manor et Mégane Villemin de Coop Renens. Regardez-les! Ils rayonnent d’énergie et de confiance – avec de telles recrues, le commerce peut surmonter ses défis! 

«On traite avec le monde entier»

Rowena Tschan, 23 ans, a terminé son apprentissage à Bâle chez Coop Suisse avec la meilleure note de 5.8. Après son apprentissage de cuisinière, elle s’est décidée à suivre une seconde formation dans le commerce. Elle s’est réjouie de voir les résultats de son travail dans les points de vente. «Ce fut pour moi un agréable sentiment – une confirmation que j’avais fait quelque chose de bien», dit-elle fièrement. Rowena Tschan a accumulé de nombreuses expériences: «Au service du personnel, j’ai appris tout ce qui concernait l’administration du personnel. Au marketing, j’ai créé des actions et j’ai également travaillé dans la préparation des commandes. De plus, j’ai travaillé avec l’appui de la direction au service marketing des achats et j’ai aidé dans le service des achats». Pour faire partie des meilleurs apprentis, elle devait prouver qu’elle était disciplinée et qu’elle avait beaucoup appris. Elle pense toutefois, c’était plus facile pour elle que les autres qui devaient passer la maturité professionnelle en commerce, car «j’ai déjà fait un apprentissage et j’ai déjà passé la maturité professionnelle technique. C’est la raison pour laquelle j’ai pu apporter beaucoup de connaissances basiques», explique-t-elle. Elle recommande un apprentissage dans le commerce à tous ceux qui aiment le contact avec les clients, côtoyer d’autres cultures et parler plusieurs langues. À l’avenir, Rowena Tschan désirerait étudier l’ingénierie économique à la Haute école spécialisée tout en travaillant. Les quatre années d’études tout en exerçant son activité professionnelle doivent lui faciliter les premiers pas dans la technique de l’emballage – peut-être qu’un jour, celle-ci développera ses propres emballages. «Ce qui est bien dans le commerce c’est que l’on peut travailler partout. De plus, on traite avec le monde entier et on peut non seulement apprendre des langues, mais aussi les pratiquer», déclare Tschan enthousiasmée. Le seul défi réside, selon elle, dans la forte demande des clients: «Les clients aimeraient bien acheter des produits à bas prix pour une qualité optimale, et ce n’est pas toujours compatible, car: Même dans le commerce, on doit aussi gagner de l’argent. Satisfaire les clients et faire en même temps du profit, voilà le défi». 

«C’est toujours très varié»

Marcia Kleiber a 24 ans et elle a obtenu avec la note de 5.7 la seconde place parmi les meilleurs apprentis de 2017. Dans sa formation chez Valora Suisse, elle a pu se faire une idée précise des magasins d’alimentation qui proposent à leurs clients tout ce dont ils ont besoin pour voyager, avec des concepts de magasins très petits situés à des emplacements très fréquentés. Elle travaille actuellement à la gestion par catégorie. Ici, on décide des articles qui seront introduits et où ceux-ci seront placés. Pendant son apprentissage, Kleiber a fait la connaissance d’autres secteurs de l’entreprise. Elle a donc ainsi travaillé étroitement avec la direction des ventes. Elle explique en se montrant satisfaite: «Au service interne, j’ai eu de nombreux contacts avec les points de vente et les consommateurs finaux. C’était très intéressant». «Mais j’ai également travaillé au service marketing et du personnel, ce qui m’a beaucoup plu», ajoute-t-elle. La journée de travail était complètement différente selon les services: «Soit j’ai finalisé les commandes en suspens, traité les mails, fait des courriers, soit j’ai travaillé sur divers projets – ce fut toujours très varié». Partout, elle a appris à prendre des responsabilités, à conserver la tête froide dans des situations stressantes, à organiser et à structurer son travail. «On doit être réceptif et polyvalent, car c’est ainsi seulement que l’on peut faire face à l’évolution rapide du marché», explique Kleiber. Elle voit les prochaines modifications du commerce dans la numérisation: «Le shopping en ligne est de plus en plus demandé. Bien que ce ne soit pas simple pour le commerce, il se développera vers le numérique afin de répondre aux besoins des clients». 

«J’ai toujours posé beaucoup de questions»

Mégane Villemin fait également partie des lauréats. Pour cette jeune femme de 23 ans, ce fut pour elle important pendant l’apprentissage de donner le meilleur d’elle-même: «Je me suis beaucoup investie dans le travail, j’étais toujours intéressée et j’ai posé beaucoup de questions; parfois même peut-être trop», dit Villemin en souriant. A l’avenir aussi, elle aimerait toujours donner le meilleur d’elle-même et si possible, suivre plusieurs formations continues, comme par exemple celle de l’examen professionnel supérieur. Pendant son apprentissage chez Coop, elle a travaillé dans le service de communication, des ressources humaines et le service technique. Elle y a appris à s’organiser et à travailler de manière autonome. «Le plus intéressant, c’était de pouvoir effectuer des tâches différentes dans chaque service. Dans la communication, j’ai pu écrire par exemple des articles pour notre newsletter interne ou faire des recherches pour de nouveaux projets. Au service technique, j’étais responsable de projets qui traitaient de la maintenance et de la modernisation de notre magasin». Même si elle a trouvé son bonheur dans tous les services, elle a vraiment adoré le service des relations publiques. Elle souhaite personnellement que le commerce se concentre encore davantage sur l’environnement. «Les attentes des clients ne devraient pas dépasser les besoins du monde. Sinon le commerce peut rester tel qu’il est», dit-elle le sourire aux lèvres.

Contact
Kaspar Engeli, Directeur, tél. 061 228 90 33
Ueli Stursberg, 1er secrétaire, tél. 061 228 90 32
 

Le Commerce Suisse est la Fédération du Commerce dont font partie 33 associations professionnelles, soit 3'700 entreprises au total. Le Commerce Suisse représente une politique libérale et celui-ci s'investit pour une Suisse forte. Avec ces 680'000 collaborateurs, le Commerce est l'employeur privé le plus important de Suisse. Plus de 38'000 places d'apprentissage sont proposées dans le commerce, aucune branche ne forme davantage d'apprentis.

Télécharger: