social social social
 
social social social social social

NON à l’initiative de limitation

Commerce Suisse rejette l’initiative de limitation de manière générale.

Plusieurs points s’opposent à cette initiative :

 

Duperie des électeurs
Le nom même de l’initiative donne à M. et Mme Suisse un faux sens de l’humour : car ce qui se cache apparemment si innocemment derrière le terme « limitation » vise en fait à faire s’effondrer les bonnes relations économiques de la Suisse avec les pays de l’UE. L’UE étant le plus important partenaire économique de la Suisse, l’acceptation de l’initiative ramènerait la Suisse à la période antérieure à 1992. Le NON à l’EEE à l’époque a déjà conduit à plusieurs années de stagnation économique. Toutefois, cela ne s’applique que si notre pays devait bénéficier d’une bonne situation économique.

La crise serait massivement intensifiée
C’est le contraire : en 2020, les entreprises suisses sont déjà aux prises avec les conséquences de la crise du Coronavirus, qui sont loin d’être terminées et qui menacent l’existence de nombreux salariés et PME. Comme beaucoup d’entreprises, la gravité de l’impact final est toujours d’actualité. Dans une telle situation, toutes les forces doivent être mobilisées pour une reprise économique.

Aucune alternative identifiée
Kaspar Engeli, Directeur de Commerce Suisse, met donc en garde de toute urgence contre les conséquences de l’acceptation de l’initiative : « L’initiative de résiliation ou l’initiative officiellement de limitation est dangereuse car elle remet en cause tout le système des traités bilatéraux entre la Suisse et l’UE. Elle veut se débarrasser des accords bilatéraux sans montrer d’alternatives. Il s’agit là d’une négligence grave et d’un comportement incendiaire. Il est donc crucial que ce vote soit gagné ! Partout, toutes les personnes sensées et tous les partis politiques s’opposent à cette initiative. Commerce Suisse s’engage aussi activement contre elle ».

L’immigration diminue depuis 2013
En outre, l’initiative de limitation affirme que l’immigration est le problème central de la Suisse. Là aussi, elle est grossièrement trompeuse, car en fait, les chiffres de l’immigration sont en baisse depuis sept ans. Elle dissimule également le fait que la majorité des immigrants viennent sur « invitation » des entreprises suisses. Il est bien connu que la Suisse manque de spécialistes adéquats et bien formés dans de très nombreux secteurs. Cependant, sans les bons employés, les entreprises ne peuvent pas fournir les services dont elles ont besoin. La pénurie de travailleurs qualifiés met également en péril la réussite économique de la Suisse. Si l’initiative était acceptée, cette pénurie s’aggraverait, ce qui affaiblirait encore davantage l’économie. L’économie suisse et surtout le commerce dépendent de la stabilité politique. Les expériences politiques audacieuses seraient désormais un poison pour eux.


Les entrepreneuses et entrepreneurs ainsi que d’autres représentants du commerce prennent clairement position contre l’initiative de limitation dans la campagne de votation.